« Grâce à l’engagement, nous pouvons avoir un impact sur la transition énergétique »

4 min de lecture 12 juil. 21

Engagé en tant qu’entreprise cotée à atteindre la neutralité carbone à horizon 2030, M&G veut aussi, en tant qu’asset manager, inciter les autres acteurs économiques à respecter l’Accord de Paris. Une mission qui passe par un dialogue resserré avec les sociétés en portefeuille. Explications de Kelly Hebert, Country Head Belux et Global Head of ESG Distribution de M&G.

Quel est selon vous le rôle d’un gestionnaire d’actifs pour contribuer à la transition énergétique ?

L’Accord de Paris a mis en lumière la nécessité de limiter le réchauffement climatique par rapport aux niveaux préindustriels à moins de 2°C, et même idéalement à 1,5°C. Cela implique que les acteurs économiques atteignent la neutralité carbone en 2050. Une solution pour les asset managers est d’investir dans des entreprises qui sont déjà alignées sur cet impératif et d’exclure les autres de leurs portefeuilles. Mais cela revient à concentrer les capitaux sur un nombre minime de sociétés sans se préoccuper des autres. Chez M&G, nous pensons au contraire qu’être investisseur responsable, c’est s’intéresser à ces dernières. Nous contribuerons davantage à l’objectif de l’Accord de Paris en incitant une entreprise fortement émettrice de carbone à changer ses pratiques qu’en aidant une entreprise déjà vertueuse à le devenir encore plus. Nous avons ainsi acté notre retrait progressif du secteur du charbon mais avant d’exclure les sociétés concernées, nous nous donnons du temps pour les convaincre de changer. Nous nous engageons auprès d’elles pour étudier leurs plans de retrait d'ici 2030 pour les pays développés et 2040 pour les marchés émergents. Lorsque ces entreprises ne s'alignent pas, elles seront susceptibles d'être désinvesties à partir de mars 2022 pour les marchés développés et de 2024 pour les émergents. 

Quelle forme prend cet engagement ?

Chez M&G, nous considérons qu’il ne suffit pas d’aborder une question extra-financière au cours d’un entretien avec le management pour pouvoir revendiquer un effort d’engagement. Ce dernier se caractérise par la définition d’un objectif clair (l’inscription d’un objectif de durabilité dans la stratégie, la publication de données, etc.), la mise en place d’une action précise et l’évaluation du résultat obtenu. Nous échangeons avec l’entreprise, soit de manière bilatérale, soit via des coalitions d’investisseurs. Nous sommes ainsi membre fondateur de l’initiative Climate Action 100+ qui pèse aujourd’hui 40 % des encours mondiaux. En 2020, nous avons réalisé 1866 entretiens avec des entreprises présentes dans nos portefeuilles actions, et 464 autres correspondant à nos portefeuilles obligataires. Lors de ces entretiens, nous identifions les grandes problématiques abordées à l’aide de « hashtags » : #qualitédelair, #gestiondelenergie, #gazaeffetdeserre, #gestiondeleau ou #dechets font par exemple partie des thèmes que nous ciblons pour le pilier environnemental. Ce système permet à nos gérants et analystes de rapidement saisir les enjeux autour d’une société. Nous faisons en outre entendre notre voix d’actionnaire : nous avons participé à 2029 assemblées générales en 2020 et, pour un tiers d’entre elles, nous avons voté contre au moins une des résolutions présentées. Si à l’issue de l’ensemble de ces actions nous ne constatons pas de progrès, nous pouvons désinvestir.

Auriez-vous des exemples ?

Nous étudions de très près le cas de Shell qui, en dépit de certaines récentes prises d’initiatives, , a mis en relatif plus de temps à se projeter sur la neutralité carbone que certains dans l’industrie. Inversement, nous avons obtenu des succès, à l’image d’un autre pétrolier, BP, et du chimiste allemand BASF avec lequel nous sommes engagés depuis longtemps en tant que membre du groupe Climate Action 100+. Nous voulions que ce dernier s’engage sur un objectif de neutralité carbone en 2050 et fixe des paliers intermédiaires établis sur des bases scientifiques tout en améliorant sa transparence. Nous avons eu gain de cause et BASF a notamment annoncé en mars dernier qu’il réduirait ses émissions de 25 % en absolu d’ici 2030.

Comment un investisseur peut-il s’exposer à votre approche de l’engagement ?

 En tant que gérant actif, l’engagement avec les entreprises dans lesquelles nous investissons est au cœur de notre action et ce, au travers différents sujets, notamment celui de l’urgence climatique.

Nous proposons également à nos investisseurs des stratégies qui ciblent spécifiquement l'urgence climatique. Dans notre gamme d’Impact, le fonds M&G (Lux) Positive Impact Fund vise à générer un impact positif sur les défis sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés en tant que société, et le fonds M&G (Lux) Climate Solutions Fund se concentre spécifiquement sur l'urgence climatique. Enfin, nos fonds M&G (Lux) Global Select Fund et M&G (Lux) Pan European Select Fund qui vont devenir « Global Sustain Paris Aligned » et « Pan European Sustain Paris Aligned » vont être recentrés sur l’enjeu environnemental en investissant dans les sociétés qui contribuent aux objectifs de l'Accord de Paris. L’objectif sera que les émissions de carbone des portefeuilles soient inférieures de moitié à celles de leur indice de référence. Nous y inclurons des entreprises de qualité qui ne sont pas encore en ligne avec la cible de neutralité carbone et nous les pousserons à ce qu’elles le deviennent. Nous sommes convaincus que c’est par l’engagement que nous pouvons avoir l’impact le plus fort sur la transition énergétique.

Principaux risques liés aux fonds :

La valeur liquidative des fonds pourra aussi bien baisser qu’augmenter. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter et il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial.

Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions.

Il est aussi important de noter que :

Les fonds M&G (Lux) Positive Impact Fund, M&G (Lux) Pan European Select Fund et M&G (Lux) Global Select Fund investissent principalement dans des actions d'entreprises. Par conséquent, leur valeur liquidative est susceptible de présenter une plus grande volatilité que celles des fonds investissant dans les obligations et/ou les instruments monétaires.

Ce document est destiné à l’usage des professionnels uniquement, sa distribution est interdite à toute autre personne ou entité, qui ne devrait pas s’appuyer sur les informations qu’il contient. Les Statuts, le Prospectus, le Document d’Informations Clés pour l’Investisseur (DICI), les Rapports Annuels et Intérimaires et les Etats Financiers du Fonds peuvent être obtenus gratuitement auprès du Gérant : M&G International Investments S.A. ; ou auprès de sa succursale en France, 8 rue Lamennais, 75008 Paris, immatriculée au RCS de Paris sous le n°499 832 400, ou auprès de l’agent centralisateur français du Fonds : RBC Investors Services Bank France. Ce document financier promotionnel est publié par M&G International Investments S.A. Siège social : 16, boulevard Royal, L 2449, Luxembourg.

Rédigé par M&G Investments

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Nos actualités associées