La transition énergétique est-elle compatible avec la stabilité économique, monétaire et financière ?

3 min de lecture 26 janv. 22

A l’occasion d’un discours prononcé le 8 janvier dernier1, Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, a évoqué la possibilité que la transition énergétique soit inflationniste. Elle a ajouté que dans ce cas la BCE devrait agir. Il est en effet très vraisemblable que la transition énergétique se révèle être une source durable d’inflation. Mais la BCE aura-t-elle vraiment les moyens d’agir ? 

Les marchés se préoccupent actuellement d’un éventuel retour de l’inflation lié à la crise sanitaire. Les perturbations des chaînes logistiques, la forte demande en sortie de confinement et le lent retour sur le marché de l’emploi d’une partie de la population, notamment aux USA, sont les éléments souvent mis en avant pour justifier cette crainte de la hausse des prix. Pour autant ces facteurs ne nous semblent pas durables, et selon nous, nous avons peine à voir l’inflation s’installer à des niveaux très élevés pour ces raisons.

A l’inverse la question de la transition énergétique est peu évoquée alors qu’elle constitue une menace autrement plus sérieuse pour la stabilité des prix dans les décennies qui viennent : hausse du prix du carbone, fiscalité pénalisant le recours aux énergies fossiles, sous-investissements dans ce secteur et tarissement des flux financiers sous la pression réglementaire, montée en puissance trop lente des énergies renouvelables qui ne pourront rapidement et à un coût raisonnable se substituer aux énergies traditionnelles. Le sujet évoqué par Isabel Schnabel est donc central et il est souhaitable que les débats sur l’inflation se recentrent sur la question de la transition énergétique.

Isabel Schnabel ajoute que la BCE agira si nécessaire. Mais n’est-il pas permis d’en douter ? En effet les politiques monétaires très accommodantes déployées depuis plus d’une décennie ont eu pour objectif d’assurer la pérennité de la monnaie unique dans un contexte de croissance faible et d’endettement toujours plus élevé des Etats. Les taux bas pratiqués par la BCE et les programmes d’achats d’actifs ne sont selon nous plus une option mais une nécessité compte tenu de l’endettement des agents économiques et des Etats en particulier. Les marges de manœuvre de la BCE pour lutter contre une reprise significative de l’inflation sont donc limitées.

Dans ces conditions la coexistence des deux axes stratégiques fixés par les pouvoirs publiques européens pour les 20 ans qui viennent nous semble compromise : comment concilier une transition énergétique volontariste forcément très inflationniste avec la nécessité de maintenir des politiques monétaires très accommodantes dans un monde très endetté, à la productivité et à la croissance faible ?

Sauf à ce que l’effort de productivité du corps social soit à l’avenir spectaculaire, il est à craindre qu’il faudra trouver des compromis entre les ambitions de préservation du climat d’un côté et la pérennité de l’euro et de nos économies de l’autre.

1Looking through higher energy prices? Monetary policy and the green transition

https://www.ecb.europa.eu/press/key/date/2022/html/ecb.sp220108~0425a24eb7.en.html

Achevé de rédiger le 10 janvier 2022 par Florent Delorme, macro stratégiste chez M&G Investments

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur liquidative des fonds pourra aussi bien baisser qu’augmenter. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter et il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial. Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions. Nous ne sommes pas autorisés à donner des conseils financiers. En cas de doute quant à la pertinence de votre investissement, nous vous invitons à vous rapprocher de votre conseiller financier.

Rédigé par Florent Delorme

Nos actualités associées