Glossaire

A

  • Actif 
    • Tout ce qui a une valeur commerciale ou d’échange et appartient à une entreprise, une institution ou un individu.
  • Actifs physiques
    • Un article de valeur qui possède une existence matérielle ; par exemple, des liquidités, des équipements, du stock ou des biens immobiliers. Les actifs physiques peuvent également se rapporter aux titres, tels que des actions de sociétés ou des titres à revenu fixe.
  • Actifs refuge
    • Les actifs que les investisseurs perçoivent comme étant relativement peu susceptibles de subir une perte en cas de perturbations de marché.
  • Actif sans risque
    • Un actif qui n’implique théoriquement aucun risque de non-paiement de la part de l’emprunteur, par exemple des liquidités ou une obligation de haute qualité émise par un gouvernement. 
  • Action
    • Une participation dans une société, généralement sous la forme d’un titre. Également dénommée titre de participation. Les actions offrent aux
  • Actions
    • Titres de propriété dans une société. Elles offrent aux investisseurs une participation aux éventuels bénéfices de la société, mais également le risque de perdre l’intégralité de leur investissement si la société fait faillite. 
  • Actions de capitalisation
    • Un type d’action pour laquelle les distributions sont automatiquement réinvesties et reflétées dans la valeur des actions.
  • Actions de revenu
    • Un type d’action par lequel les distributions (également dénommées dividendes) sont versées en liquidités à la date de paiement. 
  • Actions non cotées en Bourse
    • Titres de propriété de sociétés qui ne sont pas cotées sur une bourse de valeurs (sociétés privées). 
  • Actions privilégiées
    • Les actions privilégiées donnent droit au titulaire de percevoir un dividende fixe, dont le versement aura préséance sur les actions ordinaires. Généralement, les titulaires d’actions privilégiées ne disposent pas de droit de vote, à la différence des titulaires d’actions ordinaires. Elles sont également appelées actions préférentielles. 
  • Affectation d’actifs
    • l’affectation des actifs d’un portefeuille selon la tolérance au risque et les objectifs d’investissement.
  • Agence de notation de crédit
    • Une société qui analyse la solidité financière des émetteurs de titres à revenu fixe (obligations) et associe une notation à leur endettement. Par exemple, Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch.
  • Ajustement pour dilution
    • Une fluctuation de prix relative aux actions du fonds, qui est utilisée pour garantir que les coûts d’achat et de vente des actions soient pris en charge par les investisseurs entrants et sortants, mais pas par les investisseurs permanents. L’ajustement pour dilution se compose de coûts de transaction directs et indirects encourus lors de la création et de l’annulation des actions du fonds. (Voir également « swing pricing »).
  • Alpha
    • Le rendement excédentaire d’un fonds par rapport au rendement de son indice de référence. Il est souvent considéré comme représentant la valeur qu’un gérant de fonds ajoute ou soustrait au rendement d’un fonds. Il est également dénommé rendement relatif.
  • Assouplissement monétaire
    • Lorsque les banques centrales baissent les taux d’intérêt ou achètent des titres sur le marché libre pour augmenter le volume des fonds en circulation.

B

  • Bons du Trésor
    • Titres à revenu fixe émis par le gouvernement américain.
  • Bunds
    • Titres à revenu fixe (obligations) émis par le gouvernement allemand.

C

  • Capital
    • Fait référence aux actifs financiers ou aux ressources dont une société dispose pour financer ses opérations commerciales.
  • Capital à risque
    • Le risque auquel un investisseur est confronté de pouvoir perdre tout ou partie de ses actifs investis. 
  • Capitalisation
    • La valeur boursière totale de toutes les actions d’une société actuellement en circulation.
  • Catégorie d’actifs
    • Une catégorie d’actifs, tels que des liquidités, des actions de sociétés, des titres à revenu fixe (obligations) et leurs sous-catégories, ainsi que les immobilisations corporelles comme les biens immobiliers.
  • Catégorie d’actions
    • Type d’actions de fonds détenues par des investisseurs dans un fonds (les catégories d’actions diffèrent selon les niveaux de frais et/ou d’autres caractéristiques telles que la couverture contre le risque de change). Chaque fonds M&G possède différentes catégories d’actions, telles que des actions de type A, R et I. Chacune possède des niveaux de frais différents et un seuil minimum d’investissement. Des informations détaillées relatives aux frais et aux seuils minimum d’investissement sont disponibles dans les Documents d’information clé pour l’investisseur.
  • Change
    • La conversion d’une devise en une autre devise. Le change fait également référence au marché international où les devises sont négociées virtuellement 24 h/24. Le terme « foreign exchange » (change) est généralement abrégé en « forex » et occasionnellement en « FX ».
  • Chiffres des frais courants
    • Les chiffres des frais courants représentent les frais de fonctionnement que les investisseurs peuvent raisonnablement espérer payer dans des circonstances normales.
  • Contrat de change
    • Un contrat entre deux parties relatif à l’achat ou la vente d’une matière première spécifique ou d’un instrument financier à un prix prédéterminé et à une date ultérieure. Les contrats de change sont personnalisés et ne se négocient pas sur les bourses de valeurs publiques, mais directement entre les parties intéressées (de gré à gré). 
  • Contrats à terme normalisés
    • Un contrat à terme normalisé entre deux parties relatif à l’achat ou la vente d’une matière première spécifique ou d’un instrument financier à un prix prédéterminé et à une date ultérieure. Ces contrats à terme sont normalisés et se négocient sur des bourses de valeurs réglementées.
  • Correction
    • Lorsque le prix d’un actif, d’un titre ou d’un indice enregistre une baisse pouvant aller jusqu’à 10 %, généralement suite à une évolution haussière du marché. 
  • Coupon
    • Les intérêts payés par le gouvernement ou la société ayant contracté un prêt en vendant des obligations. Ils représentent généralement un montant fixe, calculé comme un pourcentage du prêt total et remboursé à intervalles réguliers.
  • Coût de transaction
    • Le coût de négociation, notamment les frais de courtage, de compensation et de change, ainsi que les taxes telles que le droit de timbre.
  • Coût de transaction du portefeuille
    • Cela inclut les coûts de négociation, tels que les commissions de courtage, de compensation et de change, l’écart entre le cours acheteur et le cours vendeur, ainsi que les taxes comme le droit de timbre.
  • Couverture
    • Une méthode permettant de réduire les risques superflus et imprévus.
  • Couverture de catégorie d’actions
    • Les activités entreprises à l’égard des actions couvertes visant à atténuer l’impact sur la performance des fluctuations de change entre l’exposition de change du fonds et la devise choisie par l’investisseur. 
  • Crédit
    • La capacité d’emprunt d’un individu, d’une société ou d’un gouvernement. Ce terme est également utilisé par les investisseurs comme synonyme de titres à revenu fixe émis par des sociétés (obligations d’entreprise) et pour tout type de prêt obtenu par une société.
  • Croissance du capital
    • Se produit lorsque la valeur actuelle d’un investissement est supérieure au montant initialement investi.

D


  • Date de paiement
    • La date à laquelle les distributions seront versées par le fonds aux investisseurs, généralement le dernier jour ouvrable du mois.
  • Date ex-dividende, ex-distribution ou XD
    • La date à laquelle les distributions déclarées deviennent officiellement la propriété des investisseurs sous-jacents. À la date XD, le cours de l’action baisse généralement du montant du dividende, reflétant ainsi le versement.
  • De gré à gré (OTC)
    • Procédé par lequel des actifs financiers sont négociés directement entre deux parties, plutôt que de passer par le biais de bourses de valeurs configurées spécifiquement à des fins de négociation. Le procédé OTC est également connu sous le nom de négociation hors marché. 
  • Défaillance  
    • Lorsqu’un emprunteur n’est pas en mesure d’assurer le versement de ses intérêts ou le remboursement du montant emprunté à l’échéance.
  • Dette souveraine
    • Titre de créance d’État. Fait également référence aux obligations d’État.
  • Devise forte (obligations)
    • Les titres à revenu fixe (obligations) libellés dans une devise internationale hautement négociée et relativement stable, plutôt que dans la devise locale de l’émetteur obligataire. Les obligations émises dans une devise forte plus stable, telle que le dollar US, peuvent être plus attractives pour les investisseurs dans la mesure où la devise locale, quant à elle, peut perdre de sa valeur au fil du temps, affaiblissant du même coup la valeur des obligations ainsi que le revenu de celles-ci.
  • Distribution
    • Les distributions représentent une part du revenu du fonds et sont versées aux Actionnaires à revenus, ou réinvesties pour les Actionnaires à capitalisation à des moments déterminés de l’année (mensuellement, trimestriellement, semestriellement ou annuellement). Elles peuvent prendre la forme de distributions d’intérêts (pour les obligations) ou de distributions de dividendes (pour les actions).
  • Diversification
    • La pratique consistant à investir dans divers actifs, dont les performances sont généralement indépendantes les unes des autres. Il s’agit d’une technique de gestion du risque par laquelle, dans un portefeuille bien diversifié, une perte découlant d’une détention individuelle doit être compensée par les gains émanant d’autres détentions, réduisant ainsi l’impact sur le portefeuille global.
  • Dividendes
    • Une part des bénéfices d’une société versée aux actionnaires de la société à des moments déterminés de l’année. 
  • Duration
    • Une mesure de la sensibilité d’un titre à revenu fixe (obligation) ou d’un fonds obligataire aux fluctuations des taux d’intérêt. Plus la duration d’une obligation ou d’un fonds obligataire est longue, plus elle/il est sensible aux fluctuations des taux d’intérêt.
  • Duration modifiée
    • Une mesure de la sensibilité d’une obligation, ou d’un fonds obligataire, aux fluctuations des taux d’intérêt, exprimée en années. Plus la duration d’une obligation ou d’un fonds obligataire est longue, plus elle/il est sensible aux fluctuations des taux d’intérêt.

E

  • Écart de crédit
    • La différence entre le rendement d’une obligation d’entreprise (un titre à revenu fixe émis par une société) et une obligation d’État d’une durée de vie équivalente. le rendement se réfère aux revenus perçus relativement à un investissement et est exprimé en pourcentage de la valeur de marché actuelle de l’investissement.
  • Écart type
    • Une mesure statistique de la répartition d’un ensemble de données par rapport à sa moyenne, indiquant ainsi l’écart de revenu moyen d’un fonds sur une période de temps considérée. 
  • Échéance
    • Le laps de temps au bout duquel le montant initial investi dans un titre à revenu fixe est exigible pour remboursement au titulaire du titre.
  • Économie ou marché émergent(e)
    • Pays en phase de rattrapage par rapport aux économies développées, avec une croissance rapide et une industrialisation accrue. Les investissements dans les marchés émergents sont généralement considérés comme plus risqués que ceux réalisés dans les marchés développés.
  • Économie/Marché développé(e)
    • Une économie bien établie avec un degré élevé d’industrialisation, de niveau de vie et de sécurité.
  • Effet de levier
    • S'agissant d’une société, l’effet de levier est le niveau d’endettement d’une société par rapport à ses actifs. Une société dont le niveau de dette est nettement supérieur à son capital est considérée comme endettée. Cela peut également faire référence à un fonds qui emprunte de l’argent ou utilise des instruments dérivés pour élargir une position d’investissement. 
  • Émetteur
    • Une entité qui vend des titres tels que des titres à revenu fixe et des actions de sociétés.
  • Émission d’obligations
    • Un ensemble de titres à revenu fixe (obligations) proposé à la vente pour le grand public par une société ou un gouvernement. Si les obligations sont vendues pour la première fois, on parle de « nouvelle émission ». 
  • Épisode
    • Une période de temps durant laquelle les émotions des investisseurs affectent davantage leur prise de décision qu’en temps normal. Cela peut provoquer des fluctuations irrationnelles des marchés financiers.
  • Évaluation 
    • La valeur d’un actif ou d’une société, sur la base de la valeur présente des flux de trésorerie qu’elle génère.
  • Exposition
    • La part d’un fonds investie dans un(e) action/titre à revenu fixe/indice, d’un(e) secteur/région spécifique, généralement exprimée en pourcentage du fonds global. 

F

  • Fondamentaux (économiques)
    • Un principe de base, une règle, une loi ou tout autre élément similaire qui sert de fondement à un système. Les fondamentaux économiques sont des facteurs tels que l’inflation, l’emploi et la croissance économique.
  • Fondamentaux (société)
    • Un principe de base, une règle, une loi ou tout autre élément similaire qui sert de fondement à un système. Les fondamentaux d’une société appartiennent spécifiquement à cette société et constituent des facteurs au même titre que son modèle commercial, ses bénéfices, son bilan et son endettement.
  • Fonds commun de placement
    • Un type de fonds géré dont la valeur est directement liée à la valeur des investissements sous-jacents du fonds et qui est structuré comme une fiducie, plutôt que comme une société.
  • Fonds d’investissement de bienfaisance agréé (« Charity Authorised Investment Fund », CAIF) 
    • Véhicule d’investissement qui est à la fois un organisme de bienfaisance enregistré et un fonds d'investissement agréé. Tout CAIF doit respecter les règles de droit applicables aux organismes caritatifs ainsi que les lois et règlements régissant les services financiers. Ce type de véhicules est habituellement considéré comme un organisme caritatif d’un point de vue fiscal.
  • Fonds lié à un indice
    • Un fonds qui investit dans des obligations liées à un indice. Ces dernières sont des titres à revenu fixe pour lesquels la valeur du prêt comme les versements d’intérêts sont ajustés conformément à l’inflation sur la durée de vie du titre. 
  • Fonds négociés en bourse (ETF)
    • Un type de fonds qui est négocié sur le marché boursier comme peuvent l’être des actions ordinaires. Les ETF peuvent être achetés et vendus toute la journée, comme des actions ordinaires, tandis que les autres types de fonds sont évalués une fois par jour seulement.
  • Frais annuels
    • Montant couvrant les coûts, commissions et dépenses induits par les aspects opérationnels et la gestion de chaque catégorie de parts. Ces frais représentent un pourcentage de la Valeur Liquidative (VL) de chaque catégorie de parts. Ils sont calculés quotidiennement comme un 365ème du pourcentage annuel, appliqué à la VL du précédent jour de négociation. Les porteurs de parts peuvent bénéficier d'éventuelles réductions du fait d’économies d'échelle en cas de croissance significative des actifs sous gestion. Les informations détaillées sur ces réductions potentielles sont mentionnées dans le Prospectus. 

G

  • Gains par action
    • Le bénéfice net d’une société divisé par le nombre d’actions en circulation.
  • Gérant actif
    • Un gérant de fonds qui suit une approche de gestion en matière d’investissement. L’investisseur actif vise à surperformer par rapport aux rendements du marché des actions ou d’un indice/secteur de référence spécifié, plutôt que de les répliquer. 
  • Gérant passif
    • Un gérant de fonds qui adopte une approche de gestion passive en matière d’investissement. L’investisseur passif vise à suivre les rendements du marché des actions ou d’un indice/secteur spécifié, plutôt que de les surpasser.
  • Gestion active
    • Une approche d’investissement par laquelle le capital est affecté selon le jugement de l’investisseur ou du/des gérant(s) de fonds. L’investisseur actif vise à surperformer par rapport aux rendements du marché des actions ou d’un indice/secteur de référence spécifié, plutôt que de les répliquer. 
  • Gestion du risque
    • Le terme utilisé pour décrire les activités que le gérant de fonds entreprend pour limiter le risque de perte pour un fonds.
  • Gestion passive
    • Une approche d’investissement par laquelle le capital est affecté selon les pondérations d’actions ou sectorielle d’un indice. La gestion passive peut aussi être appelée « indexation » ou « réplication ».
  • Gilts
    • Titres à revenu fixe émis par le gouvernement britannique. Ils sont appelés gilts parce qu’ils étaient traditionnellement émis sur du papier à bord doré (gilt-edged). 

I

  • Indice
    • Un indice représente un marché particulier ou une partie de celui-ci, faisant office d’indicateur de référence pour ledit marché ou segment.
  • Indice de référence
    • Un indicateur de mesure, tel qu’un indice ou un secteur, par rapport auquel la performance d’un portefeuille est jugée. 
  • Indice de référence (cible)
    • Un indice de référence, tel qu’un indice ou un secteur, que les gérants de fonds visent à atteindre ou dépasser. Les gérants ont toute latitude pour choisir les titres ou la stratégie dont ils ont besoin pour y parvenir.
  • Indice de référence (comparatif)
    • Les gérants de fonds choisissent l’indice de référence, qui peut être un indice ou un secteur, comme point de comparaison pour les performances du fonds, même s’ils ne sont pas tenus d’en répliquer la composition. L’indice de référence n’est utilisé à aucune autre fin, et notamment pas celle de servir de référence lors de l’établissement des commissions.
  • Indice de référence (contraignant)
    • Le portefeuille doit répliquer les titres contenus dans l’indice de référence ainsi que leurs pondérations. L’indice de référence peut être un indice ou un secteur. En fonction du mandat du fonds, les gérants peuvent répliquer les positions directement ou via des dérivés, qui sont des instruments dont la valeur est dérivée de celle d’un titre sous-jacent ou d’un panier de titres sous-jacents.  
  • Indice des prix à la consommation (IPC)
    • Un indice utilisé pour mesurer l’inflation, ou le taux auquel les prix relatifs à un panier de biens et services achetés par des ménages évoluent. Le contenu du panier est censé être représentatif des produits et services que les consommateurs achètent régulièrement ou être actualisé régulièrement.
  • Indice des prix au détail (RPI)
    • Un indice relatif à l’inflation au Royaume-Uni qui mesure le taux de fluctuation des prix pour un panier de biens et services au Royaume-Uni, y compris les versements hypothécaires et les impôts locaux.
  • Inflation
    • Le taux d’augmentation du coût de la vie. L’inflation est généralement exprimée en pourcentage annuel, comparant ainsi le prix moyen du mois en cours avec celui du mois précédent. 
  • Instruments dérivés
    • Les instruments financiers dont la valeur et le prix dépendent d’un ou plusieurs actifs sous-jacents. Les instruments dérivés peuvent être utilisés pour obtenir une exposition à, ou pour se protéger contre, des fluctuations prévisionnelles de valeur des investissements sous-jacents. Les instruments dérivés peuvent être négociés sur une bourse de valeurs réglementée ou directement entre deux parties (de gré à gré).
  • Instruments du marché monétaire
    • Dette devant être remboursée dans un délai d’un an, sous la forme de titres qui sont achetés et vendus par des investisseurs institutionnels tels que des banques, des fonds de pension, des gérants d’actifs, etc. Les investisseurs individuels doivent passer par un intermédiaire, tel qu’une banque ou un gérant d’actifs, pour investir dans de tels instruments.
  • Investissement descendant
    • Une approche d’investissement qui analyse les facteurs économiques, c’est-à-dire qui tient compte de la situation dans son ensemble, avant de sélectionner les sociétés dans lesquelles investir. L’investisseur descendant prendra en considération des facteurs tels que la croissance économique, l’inflation et le cycle économique pour sélectionner des actions. 
  • Investment Association (IA)
    • L’organisme de régulation du commerce britannique qui représente les gérants de fonds. Il collabore avec les gestionnaires d’investissement, se chargeant des relations avec le gouvernement en matière de fiscalité et de réglementation, et a également pour objet d’aider les investisseurs à comprendre l’industrie et les options d’investissement à leur disposition.
  • Investment Trust Company
    • Type de fonds fermé échangé sur les marchés d’actifs cotés. Le nombre de parts en circulation est fixe et leur prix fluctue au-dessus ou en dessous de la valeur comptable des actifs sous-jacents.

L

  • Liquidité 
    • Fait référence à la facilité de transformation d’actifs en trésorerie, lorsque cela est nécessaire. Les actions d’une société sont considérées comme extrêmement liquides si elles peuvent être facilement achetées ou vendues, dans la mesure où elles sont régulièrement négociées à des volumes importants. 

M

  • Macroéconomique 
    • Fait référence à la performance globale et au comportement d’une économie, par exemple au niveau régional ou national. Des facteurs s’appliquant à l’ensemble de l’économie, tels que le produit intérieur brut, le chômage ou l’inflation sont considérés comme des facteurs macroéconomiques et des indicateurs de performances clés pour l’économie. Parfois abrégé en « macro ».
  • Marché baissier
    • Un marché dans le cadre duquel le cours des titres évolue à la baisse et le pessimisme généralisé se traduit le plus souvent par une crise de confiance qui s’auto-alimente. Généralement, on considère qu’un titre ou un indice passe en marché baissier lorsqu’on observe une baisse entre pic et creux de l’ordre de 20 %.
  • Marché haussier
    • Un marché caractérisé par l’optimisme et la confiance des investisseurs dans la continuité de rendements élevés, dans le cadre duquel le cours des titres évolue à la hausse. 
  • Mesures d’évaluation
    • Mesures utilisées pour calculer la valeur actuelle d’un actif ou d’une société.
  • Morningstar 
    • Un fournisseur de recherches indépendantes en matière d’investissement, y compris des statistiques de performance et des notations de fonds indépendantes.

N

  • Négocié en bourse
    • Se réfère généralement aux titres négociés sur une bourse de valeurs, tels que les actions d’une société. 
  • Niveau d’endettement
    • Le niveau d’endettement d’une société par rapport à son capital. Une société dont le niveau de dette est nettement supérieur à son capital est considérée comme très endettée. 
  • Notation de crédit
    • Une évaluation par une agence de notation de crédit de la capacité de l’emprunteur à rembourser ses dettes. Une notation élevée indique que l’agence de notation de crédit considère le risque que l’émetteur soit dans l’incapacité de rembourser comme faible. Une notation faible indique une forte probabilité de non-remboursement. Standard & Poor’s, Fitch et Moody’s sont les trois agences de notation de crédit les plus réputées.
  • Notation Triple A ou AAA
    • Pour une obligation, la meilleure notation possible pouvant être octroyée par une agence de notation de crédit. Les obligations qui sont notées AAA sont considérées comme présentant le plus faible risque de défaillance. Une défaillance signifie qu’une société ou un gouvernement se retrouve dans l’incapacité de respecter ses obligations de versement d’intérêts ou de remboursement du montant initialement investi à la fin de la durée de vie du titre.

O

  • Obligation
    • Un prêt sous la forme d’un titre, généralement émis par un gouvernement ou une société. Il est normalement porteur d’un taux d’intérêt fixe (également dénommé coupon) sur une période de temps donnée, à la fin de laquelle le montant emprunté initial sera remboursé. 
  • Obligation remboursable par anticipation (« callable ») 
    • Obligation qui peut être remboursée (en d'autres termes « appelée ») par l'émetteur avant sa date de maturité. Le prix auquel l'émetteur rachète l’obligation est généralement plus élevé que son prix d'émission. L'émetteur rachète habituellement l’obligation lorsque les taux d'intérêt baissent, afin de refinancer sa dette avec de nouveaux taux d'intérêt plus faibles.
  • Obligations « investment grade »
    • Les titres à revenu fixe émis par un gouvernement ou une société ayant une notation de crédit moyenne ou élevée, telle qu’attribuée par une agence de notation de crédit reconnue. Elles sont considérées comme présentant un risque de défaillance moindre par rapport à celles émises par des émetteurs ayant une notation de crédit moins élevée. Une défaillance signifie qu’un emprunteur se retrouve dans l’incapacité de respecter ses obligations de versement d’intérêts ou de remboursement du montant initialement investi à la fin de la durée de vie du titre.
  • Obligations à haut rendement
    • Les prêts contractés sous la forme de titres à revenu fixe émis par des sociétés ayant une faible notation de crédit, telle qu’attribuée par une agence de notation de crédit reconnue. Elles sont considérées comme présentant un plus fort risque de défaillance que les titres à revenu fixe de meilleure qualité ayant une notation plus élevée, mais peuvent potentiellement rapporter plus. Une défaillance signifie qu’un émetteur obligataire se retrouve dans l’incapacité de respecter ses obligations de versement d’intérêts ou de remboursement du montant initialement emprunté à la fin de la durée de vie du titre.
  • Obligations à taux variable (FRN)
    • Des titres dont les versements d’intérêts (revenu) sont périodiquement ajustés en fonction de l’évolution du taux d’intérêt de référence.
  • Obligations convertibles
    • Les titres à revenu fixe (obligations) qui peuvent être échangés contre des montants prédéfinis d’actions de sociétés à certains moments au cours de leur durée de vie.
  • Obligations d’entreprise
    • Les titres à revenu fixe émis par une société. Ceux-ci sont également dénommés obligations et peuvent donner lieu à des versements d’intérêts plus importants que les obligations émises par des gouvernements car ils sont souvent considérés comme plus risqués. Les investisseurs y font également référence sous le terme de « crédit ».
  • Obligations d’entreprise à court terme
    • Des titres à revenu fixe émis par des sociétés et remboursés sur des périodes relativement courtes.
  • Obligations d’État
    • Les prêts émis sous la forme de titres à revenu fixe par des gouvernements. Ils portent normalement un taux d’intérêt fixe sur une période de temps donnée, à la fin de laquelle l’investissement initial sera remboursé. 
  • Obligations d’État à court terme
    • Des titres à revenu fixe émis par des gouvernements et remboursés sur des périodes relativement courtes.
  • Obligations en devise locale
    • Obligations libellées dans la devise du pays de l’émetteur, plutôt que dans une devise internationale « forte » et fréquemment négociée, telle que le dollar US. La valeur des obligations en devise locale tend à fluctuer davantage que celle des obligations émises dans une devise forte, dans la mesure où ces devises tendent à être moins stables.   
  • Obligations indexées sur l’inflation
    • Les titres à revenu fixe pour lesquels la valeur du prêt comme les versements d’intérêts sont ajustés conformément à l’inflation sur la durée de vie du titre. Également dénommées obligations liées à un indice.
  • Obligations inférieures à « investment grade »
    • Les titres de créance émis par une société ayant une notation de crédit faible, telle qu’attribuée par une agence de notation de crédit reconnue. Elles sont considérées comme présentant un risque de défaillance élevé par rapport à celles émises par des sociétés ayant une notation de crédit plus élevée. Une défaillance signifie qu’un emprunteur se retrouve dans l’incapacité de respecter ses obligations de versement d’intérêts ou de remboursement du montant initialement investi à la fin de la durée de vie du titre.
  • Obligations liées à un indice
    • Les titres à revenu fixe pour lesquels la valeur du prêt comme les versements d’intérêts sont ajustés conformément à l’inflation sur la durée de vie du titre. Également dénommées obligations indexées sur l’inflation.
  • Obligations synthétiques indexées sur l’inflation 
    • Les titres créés au moyen d’une combinaison d’actifs afin de répliquer les caractéristiques des obligations indexées sur l’inflation. Un tel investissement combiné peut être créé en achetant des obligations d’État indexées sur l’inflation et en vendant une protection contre les sociétés qui n’assument pas le remboursement leurs dettes au moyen de swaps de défaut de crédit. L’investissement synthétique qui en résulte se comportera comme une obligation d’entreprise physique indexée sur l’inflation, si une telle obligation a été émise. Des obligations synthétiques indexées sur l’inflation sont généralement créées lorsqu’une société ne possède pas d’obligations indexées sur l’inflation en circulation.
  • Offre publique initiale (IPO)
    • La première vente d’actions au grand public par une société privée.
  • OPCVM
    • Acronyme signifiant Organisme de placement collectif en valeurs mobilières. Il s’agit du cadre réglementaire européen pour un véhicule d’investissement qui peut être commercialisé dans toute l’Union européenne et qui est conçu pour améliorer le marché unique des actifs financiers tout en maintenant des niveaux élevés de protection pour l’investisseur. 
  • Options 
    • Les contrats financiers qui offrent le droit, mais pas l’obligation, d’acheter ou de vendre un actif à un prix donné à une date ultérieure ou avant ladite date. 

P

  • Pacte mondial des Nations Unies
    • Initiative des Nations Unies visant à encourager les entreprises du monde entier à adopter des politiques durables et responsables sur le plan social et à rendre compte de leur mise en œuvre.
  • Part
    • Action d’un fonds commun de placement, qui est un type de fonds géré dont la valeur est liée aux investissements sous-jacents. La taille du fonds commun de placement s’agrandit ou se réduit à mesure que les investisseurs achètent ou vendent des parts.
  • Parts de capitalisation
    • Un type de part pour laquelle les distributions sont automatiquement réinvesties et reflétées dans la valeur des parts.
  • Parts de revenu
    • Un type de part suivant lequel les distributions (également dénommées dividendes) sont versées en liquidités à la date de paiement. 
  • Placement privé
    • Une offre de vente de titres à un nombre relativement réduit d’investisseurs sélectionnés par la société, généralement des banques d’investissement, des fonds commun de placement, des compagnies d’assurances ou des fonds de pension.
  • Plus haute valeur (High water mark, HWM)
    • La plus haute valeur que la VL (valeur liquidative) d’un fonds ait atteint à la fin de toute période comptable de 12 mois. Le fonds peut généralement imputer une commission de performance une fois que sa VL dépasse ce niveau. 
  • Politique fiscale
    • La politique gouvernementale en matière de fiscalité, de dépenses et d’emprunt.
  • Politique monétaire
    • La régulation des fonds en circulation et des taux d’intérêt par une banque centrale.
  • Position courte
    • Une façon pour l’investisseur d’exprimer son opinion selon laquelle le marché risque d’évoluer à la baisse.
  • Position longue
    • La détention d’un titre dans l’espoir que sa valeur augmente.
  • Prime de risque
    • Le prix ou la récompense consenti(e) pour assumer l’augmentation du risque. Il s’agit de la différence entre le rendement pour un actif sans risque, comme une obligation d’État de haute qualité ou des liquidités, et le rendement d’un investissement dans tout autre actif. Une prime de risque plus élevée implique aussi un risque plus important.
  • Principal
    • La valeur nominale d’un titre à revenu fixe, qui correspond au montant exigible devant être remboursé à l’investisseur par l’emprunteur lorsque le titre arrive à échéance.

Q

  • Quasi-liquidités
    • Les dépôts ou les investissements ayant des caractéristiques similaires aux liquidités.

R

  • Ratio cours-bénéfices
    • Le prix actuel de l’action d’une société divisé par ses bénéfices par action. Il fournit une indication sur l’opinion du marché à l’égard des perspectives de bénéfices futures d’une société. Plus le taux est élevé, plus les bénéfices de la société devront augmenter pour justifier le prix actuel de l’action.
  • Ratio des frais immobiliers (PER)
    • Les frais immobiliers sont les frais d’exploitation qui concernent la gestion des actifs immobiliers du portefeuille. Cela inclut l’assurance et les taux d’assurance, les frais de révision du loyer et de renouvellement de bail ainsi que la maintenance et les réparations, mais pas les améliorations. Ils dépendent du niveau d’activité du fonds. Le Ratio des frais immobiliers est le ratio des frais immobiliers relatif à la valeur liquidative du fonds.
  • Ratio risque/rendement
    • Un ratio établissant une comparaison entre les rendements prévisionnels d’un investissement et le niveau de risque couru.
  • Recherche de crédit
    • Le processus d’évaluation d’un titre à revenu fixe (obligation) visant à s’assurer de la capacité d’un emprunteur à remplir ses obligations liées au service de la dette. Cette recherche vise à identifier le niveau de risque de non-remboursement approprié associé avec l’investissement dans cette obligation spécifique.
  • Rendement
    • Il s’agit soit de l’intérêt perçu relativement à un titre à revenu fixe soit des dividendes perçus relativement à une action. Il est généralement exprimé en pourcentage en fonction des coûts de l’investissement, de sa valeur de marché actuelle ou de sa valeur nominale. Les dividendes représentent une part des bénéfices d’une société et sont versés aux actionnaires de la société à des moments déterminés de l’année. 
  • Rendement (actions) 
    • Il fait référence aux dividendes perçus par un titulaire d’actions de la société et est généralement exprimé annuellement en pourcentage sur la base du coût de l’investissement, de sa valeur de marché actuelle ou de sa valeur nominale.  Les dividendes représentent une part des bénéfices d’une société et sont versés aux actionnaires de la société à des moments déterminés de l’année. 
  • Rendement (obligations)
    • Fait référence aux intérêts perçus relativement à un titre à revenu fixe et est généralement exprimé annuellement en pourcentage sur la base du coût de l’investissement, de sa valeur de marché actuelle ou de sa valeur nominale.
  • Rendement (revenu)
    • Fait référence aux revenus perçus relativement à un investissement et est généralement exprimé annuellement en pourcentage sur la base du coût de l’investissement, de sa valeur de marché actuelle ou de sa valeur nominale.
  • Rendement absolu
    • La hausse ou la baisse de valeur d’un actif sur une période de temps spécifique, exprimée en pourcentage. 
  • Rendement des bénéfices
    • Les bénéfices par action divisés par le prix de marché de l’action, exprimés en pourcentage. Il correspond à l’inverse du ratio cours-bénéfices et peut être utilisé pour comparer les bénéfices de la société par rapport aux rendements des obligations, qui sont des titres à revenu fixe.
  • Rendement des distributions 
    • Le montant devant être distribué par le fonds au cours des 12 prochains mois exprimé en pourcentage du prix de l’action à une certaine date. Il est basé sur le revenu brut prévisionnel minoré des frais courants.
  • Rendement des dividendes
    • Le revenu annuel distribué par une société en pourcentage du prix de son action à une certaine date.
  • Rendement du capital
    • L’échéance relative au gain ou à la perte découlant d’un investissement sur une période considérée. Le rendement du capital inclut uniquement les gains ou les pertes de capital, et exclut les revenus (sous la forme d’intérêts ou de versements de dividendes).
  • Rendement du revenu
    • Fait référence au revenu perçu relativement à un investissement. Généralement exprimé annuellement en pourcentage en fonction du coût de l’investissement, de sa valeur de marché actuelle ou de sa valeur nominale.
  • Rendement historique
    • Le rendement historique reflète les distributions déclarées au cours des 12 derniers mois en tant que pourcentage du prix de l’action à la date indiquée. 
  • Rendement réel
    • Le rendement d’un investissement, ajusté relativement aux fluctuations de prix d’une économie (inflation).
  • Rendement relatif
    • Le rendement d’un actif sur une période donnée par rapport à celui d’un indice de référence particulier. Il est exprimé par la différence entre le pourcentage de rendement de l’actif et celui de l’indice de référence, et il est également dénommé alpha. 
  • Rendement sous-jacent
    • Fait référence aux revenus perçus par un fonds géré, généralement exprimés annuellement en pourcentage, sur la base de la valeur actuelle du fonds. 
  • Rendement total
    • Les gains ou les pertes découlant d’un investissement sur une période spécifique, y compris le revenu et l’appréciation du cours durant cette période. Le revenu peut prendre la forme de distributions d’obligations ou de versements de dividendes pour les actions.
  • Réplication d’indice
    • Une stratégie de gestion de fonds qui vise à répliquer les détentions et la performance d’un indice particulier. Il s’agit, en d’autres termes, d’une stratégie d’investissement passive.  
  • Resserrement monétaire
    • Lorsque les banques centrales augmentent les taux d’intérêt ou vendent des titres sur le marché libre pour réduire le volume des fonds en circulation.
  • Résultat
    • Un état financier qui récapitule les revenus, coûts et dépenses d’une société durant une période de temps spécifique, généralement un trimestre ou une année.
  • Revenu
    • Montant versé relativement à un investissement. Les dividendes sont des revenus relatifs aux actions. On appelle intérêt ou coupon les revenus émanant d’obligations.
  • Risque  
    • La probabilité pour que le rendement d’un investissement soit différent de ce qui était prévu. Le risque inclut la possibilité de perdre tout ou partie de l’investissement original.
  • Risque de crédit
    • Le risque qu’une obligation financière ne soit pas remboursée et qu’il en résulte une perte pour le prêteur.
  • Risque de défaillance
    • Le risque qu’un titulaire de titres de créance ne perçoive pas les intérêts ou le remboursement intégral du prêt à l’échéance.
  • Risque lié à l’inflation
    • Le risque que l’inflation réduise le rendement d’un investissement. (Voir également rendement réel)
  • Risque lié à la duration
    • Le risque que le prix d’un titre à revenu fixe (obligation) ou d’un fonds obligataire réagisse de façon brutale aux fluctuations des taux d’intérêt. Plus la duration d’une obligation ou d’un fonds obligataire est longue, plus elle/il est sensible et, par conséquent, en position de risque vis-à-vis des fluctuations des taux d’intérêt. 
  • Risque lié aux taux d’intérêt
    • Le risque qu’un investissement à revenu fixe perde de la valeur si les taux d’intérêt augmentent.

S

  • Sans contraintes
    • Le mandat d’un fonds par lequel le gérant a toute latitude pour investir selon sa propre stratégie, plutôt que d’être obligé d’affecter des capitaux en fonction des pondérations d’un indice que le fonds vise à surpasser ou répliquer.
  • Secteur
    • Un groupe de fonds aux objectifs d’investissement et/ou aux types d’investissement similaires, tels que répertoriés par des organismes comme l’Investment Association (IA) ou Morningstar™. La définition des secteurs s’appuie principalement sur les actifs principaux dans lesquels un fonds doit investir, et peut également se fonder sur des considérations géographiques. Les secteurs peuvent servir de base pour comparer les différentes caractéristiques de fonds similaires, telles que leurs performances ou leur structure tarifaire.
  • Sélection ascendante
    • Une sélection d’actions fondée sur l’attractivité des caractéristiques fondamentales des sociétés, comme la croissance des bénéfices ou les dividendes.
  • Sélection de crédit
    • La décision d’étendre ou non un crédit et dans quelle mesure, c’est-à-dire la décision d’acquérir ou non un titre à revenu fixe (obligation) spécifique. 
  • SICAV
    • En français, SICAV est l’acronyme de société d’investissement à capital variable. Il s’agit de la version d’Europe occidentale d’une société de fonds de type « open-ended investment company » (OEIC). Commune au Luxembourg, en Suisse, en Italie et en France, elle est réglementée par les organes de régulation de l’Union européenne. 
  • Société d’investissement à capital variable (SICAV)
    • Un type de fonds géré dont la valeur est directement liée à la valeur des investissements sous-jacents du fonds. Le fonds crée ou annule des actions selon que les investisseurs souhaitent ou non procéder à leur rachat ou les acheter. 
  • Société d’investissement immobilier cotée (« Real Estate Investment Trust », REIT)
    • Société cotée qui détient, exploite ou finance des biens immobiliers générant des revenus.
  • Sous-pondération
    • Détention d’un volume d’actions moins important que l’indice ou le secteur de référence.
  • Stratégie de change (FX)
    • Les devises peuvent constituer une classe d’actifs à part entière comme les actions de sociétés, les titres à revenu fixe, les biens et les liquidités. La stratégie de change, par laquelle le gérant de fonds s’efforce de tirer profit des fluctuations de change, peut donc constituer une source de revenus liée aux investissements. 
  • Structure de capital
    • La composition des passifs d’une société. Elle se réfère à la façon dont une société finance ses actifs par une combinaison d’actions – c’est-à-dire la collecte de fonds par la vente d’actions – et de titres de créance. Souvent lorsqu’il est fait référence à la structure de capital, il s’agit de mettre davantage l’accent sur le ratio de la dette de la société par rapport aux capitaux propres, qui constitue un indicateur du niveau de risque de l’activité considérée. Plus le ratio est élevé, plus le risque est élevé pour l’activité. 
  • Surpondération
    • Si un fonds est surpondéré à l’égard d’une action, cela signifie qu’il détient une proportion d’actions de ce type plus importante que l’indice ou le secteur de référence.
  • Suspension de négociation
    • L’interruption momentanée de négociation d’un titre coté en Bourse. Cela peut être volontaire (à la demande de la société émettrice) ou imposé par un organe de régulation. Généralement, les suspensions de négociation sont prononcées en prévision d’annonces importantes, suite à des incidents techniques, ou au motif d’inquiétudes réglementaires.
  • Swap
    • Un swap est un contrat de dérivé par lequel deux parties acceptent d’échanger deux flux de trésorerie distincts. Un type commun de swap est le swap de taux d’intérêt, par lequel une partie échange des flux de trésorerie fondés sur des taux d’intérêt variables contre des flux de trésorerie fondés sur un taux d’intérêt fixe, pour se prémunir contre le risque lié aux taux d’intérêt.
  • Swap de défaut de crédit (CDS)
    • Un contrat assimilable à un contrat d’assurance permettant à un investisseur de céder le risque de défaillance d’une obligation à un autre investisseur. L’acquéreur d’un CDS verse des primes périodiques au vendeur, qui doit rembourser l’acquéreur en cas de défaillance de l’obligation sous-jacente. Un CDS est un type de dérivé, à savoir un instrument financier dont la valeur et le prix sont fonction de l’actif sous-jacent.
  • Swap de taux d’intérêt
    • Un accord entre deux parties consistant à échanger un versement d’intérêts fixe contre un versement d’intérêts variable sur une période de temps spécifiée.
  • « Swing pricing »
    • Le « swing pricing » est une méthode de protection sur le long terme des actionnaires du fonds leur permettant d’éviter de subir les coûts des transactions réalisées par des investisseurs à plus court terme. Lorsque les investisseurs achètent ou vendent des actions du fonds, le gérant du fonds doit acheter ou vendre des titres sous-jacents pour soit investir les liquidités provenant des investisseurs, soit leur fournir des liquidités en contrepartie de leurs actions. Le « swing pricing » ajuste principalement le cours quotidien des actions du fonds pour tenir compte des coûts d’achat ou de vente des titres sous-jacents détenus par le fonds. Cela garantit que les coûts de transaction, tels que les frais de courtage et les frais administratifs, soient assumés par les investisseurs qui négocient des actions du fonds, pas par ceux qui conservent leurs investissements dans le fonds. (Voir également ajustement pour dilution).
  • Système de crédit
    • Un ensemble de réglementations et d’institutions rentrant en ligne de compte dans le cadre de l’octroi de prêts à des fins commerciales.

T

  • Taux de rendement actuariel (obligation)
    • Le rendement actuariel d'une obligation est une estimation du rendement annualisé sur la durée de vie de l'obligation dans le cas où celle-ci est détenue jusqu'à l'échéance, et en supposant que tous les flux (intérêts et capital) sont versés comme prévu. Il s'agit du taux de rendement interne de l'obligation, c’est-à-dire du taux d'intérêt utilisé pour actualiser tous les flux de trésorerie de l'obligation de sorte que la somme de leurs valeurs actuelles corresponde au prix auquel l'obligation se négocie actuellement sur le marché.
  • Taux de rendement actuariel à l’échéance prévue (fonds) 
    • Le rendement actuariel à l'échéance prévue est calculé avant frais applicables au fonds comme le rendement moyen pondéré de toutes les positions détenues par le fonds. Il est calculé dans la devise de référence du fonds et inclut l’impact des instruments dérivés.
  • Titre
    • Terme financier pour désigner un actif papier, généralement une action de société ou un titre à revenu fixe (également dénommé obligation).
  • Titre à revenu fixe
    • Un prêt sous la forme d’un titre, généralement émis par un gouvernement ou une société, qui offre normalement un taux d’intérêt fixe sur une période considérée, à la fin de laquelle le montant initialement emprunté sera remboursé. Également dénommé obligation.
  • Titres adossés à des actifs
    • Des obligations (titres à revenu fixe) adossés à des actifs qui génèrent des flux de trésorerie, tels que des prêts hypothécaires, des produits à recevoir sur des cartes de crédit et des prêts automobiles.
  • Titre de créance
    • Contrat officiel qu'un gouvernement, une entreprise ou un particulier peut utiliser pour emprunter de l'argent. Les titres de créance sont assortis des conditions détaillées applicables au prêt, comme le montant et le calendrier de paiements des intérêts, le temps avant que le principal ne soit remboursé, et toutes garanties (collatéral) que l'emprunteur apporte. Tout type de dette peut permettre l'émission d'un titre de créance : des obligations aux prêts en passant par les cartes de crédit. 
  • Titriser/Titrisation
    • La création et l’émission de titres négociables, tels que des obligations, qui sont adossés au revenu généré par un actif ou un groupe d’actifs illiquide. En réunissant un ensemble d’actifs illiquides, tels que des hypothèques, des titres adossés à des versements de revenus hypothécaires peuvent être regroupés et vendus à une gamme élargie d’investisseurs.    
  • Type de part/d’action
    • Type de part/d’action détenu par des investisseurs dans une fiducie ou un fonds. Les types de part/d’action diffèrent selon certaines caractéristiques telles que le fait que le revenu soit versé sous forme de liquidités ou réinvesti à la date de paiement.

V

  • Valeur liquidative (VL)
    • La valeur actuelle des actifs du fonds minorée de ses passifs. 
  • Valeur sous-jacente
    • La valeur fondamentale d’une société reflétant ses actifs matériels et immatériels, plutôt que la valeur de marché actuelle ou le cours de l’action. 
  • Vente à découvert
    • La pratique par laquelle les acteurs du marché vendent des actifs qui ne leur appartiennent pas après les avoir empruntés en contrepartie d’une commission versée à l’égard de la personne qui les détient réellement. Le vendeur à découvert doit au final rendre l’actif emprunté en le rachetant sur le marché ouvert. Si le prix de l’actif a baissé, le vendeur à découvert le rachète pour moins cher qu’il l’a vendu, réalisant ainsi un bénéfice. Toutefois, l’inverse peut également se produire.
  • Volatil(e)
    • Lorsque la valeur d’une action particulière ou d’un marché/secteur spécifique fluctue fréquemment et/ou de façon significative, elle est considérée comme volatile.
  • Volatilité
    • Le degré selon lequel le prix d’un titre, fonds ou indice donné fluctue. Elle est calculée comme le degré de divergence par rapport à la norme pour ce type d’investissement sur une période de temps donnée. Plus la volatilité est élevée, plus le titre tend à être risqué.

W

  • Warrant
    • Un titre émis par une société qui donne au titulaire le droit d’acheter ou de vendre des actions de cette société à un prix spécifié et dans un certain laps de temps.