Investissement climatique - quelles sont les options ?

3 min de lecture 20 oct. 22

L’investissement climatique consiste à utiliser le pouvoir du capital afin de jouer un rôle positif dans la lutte contre le changement climatique. Mais, comment les investisseurs peuvent-ils intégrer l’enjeu climatique dans leur processus d’investissement ? Dans cet article, nous examinons plus en détail trois des options possibles.

Investir dans les promoteurs du bas carbone

Une forme d’investissement climatique est l’investissement bas carbone. Pour ce faire, il convient de privilégier les entreprises qui s’inscrivent dans le droit-fil d’une économie bas carbone, comme celles peu émettrices de CO2 ou présentant une faible intensité carbone (l’intensité carbone est généralement mesurée comme le volume des émissions de carbone par unité produite). Si ces entreprises sont présentes dans de nombreux secteurs, les portefeuilles à faible émission de carbone font toutefois souvent la part belle à ceux particulièrement peu émetteurs, tels que la technologie et la finance, et évitent ceux synonymes d’importantes émissions comme l’industrie manufacturière et la construction.

Si suffisamment d’investisseurs agissent ainsi, cette approche peut collectivement rendre le financement plus difficile pour les gros émetteurs. Toutefois, le fait de se concentrer uniquement sur les entreprises peu émettrices de CO2 permet certes d’obtenir un portefeuille présentant sur le papier un bon profil en matière de carbone, mais les investisseurs peuvent faire davantage dans le but de s’attaquer au problème concret du changement climatique.

Investir dans la transition climatique

Une autre option qui s’offre aux investisseurs est de se focaliser sur les entreprises qui évoluent progressivement vers une économie bas carbone. Il s’agit dès lors de rechercher celles qui ont mis en place des objectifs de réduction des émissions conformes aux objectifs de l’accord de Paris sur le changement climatique. Dans le cadre de cette approche, les investisseurs se tournent généralement vers des entreprises dont les émissions sont élevées et collaborent avec elles en vue de les réduire.  Les investisseurs peuvent également s’engager auprès des entreprises sur des problématiques climatiques, et ce, afin de les rendre comptables de leurs objectifs et d’accélérer leur transition (voir ci-dessous).

Investir dans les solutions climatiques

Les investisseurs peuvent également cibler les entreprises offrant des solutions concourant à relever le défi du dérèglement climatique. Leurs produits et services peuvent avoir un effet transformateur sur l’environnement, elles peuvent fournir à d’autres les outils nécessaires pour avoir un impact positif sur l’environnement ou elles peuvent encore montrer la voie en matière d’impact positif sur le climat dans leurs industries respectives.

Étant donné leur nature, les entreprises proposant des solutions climatiques doivent apporter une contribution nette positive au climat. En d’autres termes, les émissions de carbone évitées/économisées grâce à l’utilisation de leurs produits et services doivent être supérieures à celles émises lors de la fourniture de ces mêmes produits et services. Elles fournissent généralement les outils et les services nécessaires à la décarbonation des entreprises considérées comme étant en phase de « transition climatique ».

Les entreprises offrant des solutions climatiques sont présentes dans de très divers secteurs. Toutefois, il est possible de les classer au sein de trois grandes catégories :

  • Énergie propre – les producteurs d’énergie renouvelable tels que les entreprises d’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique, ainsi que celles qui fournissent des composants essentiels à la production d’énergie renouvelable.
  • Technologie verte – les entreprises axées sur les batteries et l’électrification, l’efficacité des bâtiments, les transports propres, les produits qui favorisent l’agriculture durable et les aliments d’origine végétale.
  • Économie circulaire - les entreprises centrées sur le modèle « réduire, réutiliser, recycler » en utilisant les produits déjà présents dans le système économique et en réduisant toute nouvelle production.

L’importance de la mesure

La mesure est une composante essentielle de toutes les approches d’investissement climatique. Les investisseurs se doivent de pouvoir suivre les émissions de carbone produites par les entreprises dans lesquelles ils investissent afin de comprendre leur impact environnemental et son évolution dans le temps. Ils peuvent également étudier d’autres indicateurs, comme l’intensité carbone, la consommation d’eau et le volume de déchets produits, de manière à évaluer l’impact environnemental global d’une entreprise. En règle générale, ces données sont communiquées chaque année par les entreprises.

La mesurabilité est particulièrement importante pour les investisseurs axés sur les solutions climatiques dans la mesure où ils sont tout particulièrement soucieux de l’impact environnemental net des entreprises présentes au sein de leurs portefeuilles. Une entreprise proposant des solutions climatiques peut générer de substantielles émissions de CO2, surtout si elle fabrique de grandes structures telles que des éoliennes. Toutefois, leurs produits et services peuvent contribuer à compenser une quantité encore plus importante de ces émissions. Il est primordial de pouvoir mesurer la quantité d’émissions évitées ou économisées en ce sens où cela permet aux investisseurs de se faire une idée précise de l’impact global de l’entreprise.

L’engagement est un levier puissant

L’engagement peut être une composante importante de toute approche d’investissement climatique et c’est l’un des leviers les plus puissants dont disposent les investisseurs pour promouvoir un changement positif. L’engagement climatique consiste à collaborer avec les entreprises en portefeuille, directement ou collectivement avec d’autres investisseurs, afin d’en savoir plus sur la manière dont elles abordent l’enjeu du dérèglement climatique ou de les inviter à se montrer plus ambitieuses.

Par exemple, les investisseurs peuvent encourager les entreprises à élargir leur communication environnementale afin de couvrir les émissions relevant du champ d’application 3 (les émissions résultant des activités d’une entreprise, mais provenant de sources qu’elle ne maîtrise pas, comme ses fournisseurs ou ses clients). Ils pourraient également inciter les membres de la direction à lier leur rémunération à des mesures de durabilité.

Une autre option consiste à encourager les entreprises en portefeuille à se fixer des objectifs plus exigeants en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, les investisseurs pourraient demander à une entreprise d’arrêter une date butoir pour parvenir au zéro émission nette ou de fixer des objectifs scientifiques (SBT) de réduction des émissions. Les objectifs sont considérés comme des SBT s’ils sont conformes aux niveaux de réduction des émissions nécessaires au maintien de l’augmentation de la température du globe en dessous de 1,5°C par rapport aux températures préindustrielles (l’objectif de l’accord de Paris).

Investir pour un avenir meilleur

Chez M&G, nous sommes convaincus que le secteur de la gestion d’actifs se doit d’évoluer. Plutôt que de privilégier le court-termisme et les gains rapides, nous croyons fermement qu’investir exige une réflexion prospective, une vision à long terme et un engagement actif auprès des entreprises dans le but de les aider à s’adapter et avoir un impact plus constructif et durable sur notre monde.

Lorsqu’il s’agit des problèmes les plus urgents du monde, il n’existe pas de solution miracle. En investissant selon une approche durable, pragmatique et mesurée, nous pouvons œuvrer à un avenir meilleur pour tous en générant des résultats positifs à la fois pour les investisseurs et pour la planète.

Ce document est destiné à l’usage des professionnels uniquement, sa distribution est interdite à toute autre personne ou entité, qui ne devrait pas s’appuyer sur les informations qu’il contient.

La distribution de ce document en Suisse ou à partir de la Suisse n'est pas autorisée à l'exception de la distribution aux investisseurs qualifiés tels que défini par la loi suisse sur les placements collectifs de capitaux, l'Ordonnance suisse sur les placements collectifs et la Circulaire de l'autorité suisse de surveillance (« Investisseur qualifié »). Celui-ci est mis à disposition du destinataire initial (à condition qu'il s'agisse d'un Investisseur Qualifié) uniquement.

Ce document financier promotionnel est publié par M&G Luxembourg S.A. Siège social : 16, boulevard Royal, L-2449, Luxembourg.

Rédigé par M&G Investments

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Nos actualités associées