M&G (Lux) Optimal Income Fund: reconsidérer la rémunération du risque de la duration

4 min de lecture 3 nov. 23

La valeur et les revenus générés par l’actif du fonds fluctueront à la hausse comme à la baisse. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter. Il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial. Il n’y a aucune garantie que le fonds atteigne son objectif. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

  • Les banques centrales se trouvent à la fin (ou très proches de la fin) de leur cycle de resserrement monétaire et nous pensons que cette situation rend attractif le profil de risque/performance des actifs porteurs de duration.
  • Selon nous, le point d’entrée pour les obligations apparaît intéressant par rapport à d’autres actifs majeurs (par exemple, les actions)
  • Nous sommes convaincus que les arguments en faveur d’une exposition à un mandat obligataire international flexible, appuyé par de solides ressources mondiales consacrées à la recherche crédit, sont devenus encore plus probants compte tenu de l’incertitude entourant les taux et de la contraction des spreads

La duration est-elle un risque à prendre ?

La politique monétaire fait ressentir ses effets avec un décalage dans le temps. La forte augmentation de la liquidité intervenue au moment de la pandémie de Covid-19 a conduit à une accélération de l’inflation environ 18 mois plus tard. Les banques centrales ont désormais fait marche arrière, entraînant par la même une baisse de la masse monétaire et, ce faisant, un ralentissement continu de l’inflation. Pour les investisseurs, cela signifie que les banques centrales se trouvent à la fin (ou très proches de la fin) de leur cycle de resserrement monétaire, ce qui, selon nous, a rendu attractif le ratio « risque/performance » des actifs porteurs de duration. Nous pensons que cela est d’autant plus vrai au regard du niveau historiquement élevé des rendements initiaux de nombreux emprunts d’État.

En septembre, la Banque centrale européenne a porté ses taux à 4 %, leur niveau le plus élevé depuis le lancement de l’euro en 1999. Dans le même temps, la Banque d’Angleterre a laissé les siens inchangés à 5,25 % (un niveau proche de ceux de 2008 !), tandis que la Réserve fédérale a conservé ses taux à leur plus haut niveau depuis deux décennies (5,25 %-5,50 %)

La duration commence à nous intéresser. À près de 6,1 ans, le fonds présente une duration légèrement supérieure à celle de son indice de référence. De manière à contextualiser ce chiffre, la duration n’était encore que d’environ 2,4 ans au début de l’année 2022 (Graphique 1). Dans ce scénario, nous sommes d’avis qu’il est intéressant de détenir de la duration : le risque baissier est limité car nous estimons que les taux sont proches de leur point culminant, tandis que le potentiel haussier est important car, cette fois, les banques centrales jouissent d’une marge de manœuvre pour abaisser sensiblement leurs taux. Au sein du portefeuille, nous continuons d’accroître la sensibilité aux taux d’intérêt en raison de la valeur qui y est attachée ; par exemple, nous avons récemment arbitré une partie de la duration du portefeuille des actifs en euro au profit de ceux en dollar américain car les emprunts d’État américains ont sous-performé et apparaissent désormais comparativement plus attractifs.

Graphique 1. Évolution de la duration du fonds - nous estimons qu’il est raisonnable de détenir une duration relativement élevée

Le 8 mars 2019, les actifs non libellés en livre sterling du fonds M&G Optimal Income Fund, une SICAV de droit britannique (OEIC), ont été absorbés par la SICAV de droit luxembourgeois M&G (Lux) Optimal Income Fund lancée le 5 septembre 2018. *Les données antérieures au 8 mars 2019 se rapportent à l’OEIC.

Source : M&G, au 30 septembre 2023. Les informations présentées peuvent évoluer et ne garantissent pas les performances futures.

Si les liquidités peuvent sembler relativement attractives aujourd’hui avec des taux d’intérêt au plus haut depuis plusieurs années, elles pourraient rapidement perdre de leur attractivité si les taux venaient à baisser, car les investisseurs devraient réinvestir avec un rendement potentiellement beaucoup plus faible. Les dépôts en espèces sont garantis jusqu’à 100 000 euros par le système de garantie des dépôts de l’Autorité bancaire européenne.

Sur la base du scénario ci-dessous, si les taux d’intérêt restent stables, nous pourrions encore bénéficier du coupon plus élevé offert par la détention de duration aujourd’hui. Toutefois, si les taux baissent, nous pourrions être très bien placés pour bénéficier de la hausse des cours des obligations (Graphique 2). C’est pourquoi nous pensons qu’il est judicieux, compte-tenu du ratio « risque/performance », de détenir plus de duration que nous n’en avons détenu historiquement.

Graphique 2. Scénarios au regard du rapport risque/ performance potentiel du Bund allemand à 5 ans

Source : Bloomberg, au 30 septembre 2023. Les scénarios sont une estimation de l’équipe de M&G et ne constituent pas une garantie de résultats futurs.

Au revoir le « N » de TINA

Jusqu’en 2021, nous vivions dans un environnement de taux d’intérêt extrêmement bas. En conséquence, de nombreux investisseurs s’étaient tournés vers les actions, considérées alors comme le seul moyen de générer des performances attractives. Toutefois, les choses ont considérablement changé depuis. Les obligations ont enfin signé leur grand retour en offrant aux investisseurs une alternative valable aux actions. C’est encore plus vrai au regard des valorisations (Graphique 3). Le rendement attendu d’un investissement obligataire apparaît désormais plus intéressant que celui d’un investissement dans les actions. À certains égards, nous sommes ainsi passés de « Il n’y a pas d’alternative » (There Is No Alternative, TINA) à « Il y a une alternative » (There Is an Alternative, TIA).

Graphique 3. De TINA à TIA - Rendement des bénéfices des actions américaines vs. rendements des obligations d’entreprises « investment grade »/à haut rendement américaines

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

Source : Bloomberg, au 30 septembre 2023. *Rendements des bénéfices (RB) prévisionnels à 12 mois ; RA = Rendement actuariel

La possibilité de s’adapter à des environnements économiques différents

À mesure que nous nous dirigeons vers la dernière partie du cycle, nous pensons qu’une approche flexible et diversifiée va s’avérer cruciale. Le fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund est un fonds 100 % flexible qui, au fil des ans, a su démontrer selon nous sa capacité à s’adapter à différents environnements de marché. Nous n’avons jamais été statiques et les changements tactiques apportés à l’allocation d’actifs depuis la création du fonds ont illustré nos opinions éclairées sur les valorisations des actifs et les conditions macroéconomiques (Graphique 4). Récemment, suite à la poursuite de la hausse des taux, nous avons allongé notre duration qui est ainsi passée de neutre à légèrement surpondérée. À l’inverse, la contraction des spreads et l’augmentation des risques macroéconomiques nous ont poussés à ramener notre risque de crédit à un niveau plus neutre. Toutefois, nous continuons de rechercher des opportunités d’anomalies de valorisation sur les marchés du crédit et prenons parfois part au marché primaire quand nous pouvons identifier de nouvelles émissions présentant des primes attractives.

Graphique 4. Évolution de la duration et du risque de crédit

Le 8 mars 2019, les actifs non libellés en livre sterling du fonds M&G Optimal Income Fund, une SICAV de droit britannique (OEIC), ont été absorbés par la SICAV de droit luxembourgeois M&G (Lux) Optimal Income Fund lancée le 5 septembre 2018. Les données antérieures au 8 mars 2019 se rapportent à l’OEIC. Note : les actions sont considérées comme ayant une notation CCC. Les informations présentées peuvent évoluer et ne garantissent pas les performances futures.

Source : M&G, du 31 décembre 2006 au 31 août 2023

De plus, en capitalisant sur l’expertise de longue date de notre équipe de gestion ainsi que sur l’une des équipes d’analystes crédit parmi les plus importantes et expérimentées d’Europe, nous pensons avoir été en mesure d’offrir un produit bien diversifié à même de saisir des opportunités dans différentes classes d’actifs et dans différents pays (Graphique 5).

Figure 5. Des sources de rendement diversifiées grâce à l’exposition du fonds à différents types d’obligations

Source : M&G, Bloomberg, ICE BofA, au 31 août 2023

Description du fonds

Le compartiment (ci-après « le fonds ») a pour objectif de générer une performance totale (la combinaison de l’appréciation du capital et des revenus) en s’exposant aux flux de revenus optimaux sur les marchés financiers. En règle générale, au moins 50 % du portefeuille est investi dans un large éventail de titres obligataires de toute qualité de crédit, issus de n’importe quel pays, y compris de marchés émergents, et libellés dans toute devise. Le gérant du fonds sélectionne les investissements en fonction des meilleures opportunités qu’il identifie sur la base de son évaluation d’une combinaison de facteurs relatifs à l’environnement macroéconomique, aux actifs, aux secteurs et aux valeurs. Le gérant peut également investir jusqu’à 20 % du portefeuille dans des actions d’entreprises dès lors qu’il estime leurs valorisations plus intéressantes que celles des obligations. Les entreprises considérées comme ne respectant pas les principes du Pacte mondial des Nations Unies et/ou impliquées dans des secteurs tels que le tabac, les armes controversées, l’extraction de pétrole et de gaz non conventionnels, les jeux d’argent et le charbon thermique (des seuils peuvent s’appliquer) sont exclues.

Performances : depuis le début de l’année, depuis le début de l’année jusqu’au trimestre le plus récent et par année civile (en % par an)

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

 

YTD 2023

YTQ

2022

2021

2020

2019

Fonds (EUR)

2,3

2,3

-12,3

1,2

1,4

6,8

Indice de référence* (EUR)

0,9

0,9

-14,1

-0,9

5,0

7,8

Fonds (USD)

4,2

4,2

-10,2

2,0

3,1

9,9

Indice de référence* (USD)

2,7

2,7

-12,0

0,0

6,5

11,0

 

2018

2017

2016

2015

2014

2013

Fonds (EUR)

-4,0

4,3

7,0

-1,6

4,7

7,2

Indice de référence* (EUR)

n/a

n/a

n/a

n/a

n/a

n/a

Fonds (USD)

-1,2

6,5

7,9

-1,2

4,9

7,3

Indice de référence* (USD)

n/a

n/a

n/a

n/a

n/a

n/a

YTD 2023 = depuis le début de l’année 2023. YTQ= depuis le début de l’année jusqu’au trimestre le plus récent.

*Indice de référence : indice composé pour 1/3 de l’indice Bloomberg Global Aggregate Corporate (couvert en euro), 1/3 de l’indice Bloomberg Global High Yield (couvert en euro) et 1/3 de l’indice Bloomberg Global Treasury (couvert en euro).

L’indice de référence est utilisé uniquement à titre de comparaison pour mesurer la performance du fonds et reflète le champ d’action de la politique d’investissement du fonds, mais ne limite en rien la construction du portefeuille du fonds.

 Le fonds est activement géré. Les positions du fonds peuvent considérablement différer des constituants de l’indice de référence. L’indice de référence utilisé n’est pas un indice de référence ESG et n’intègre donc pas les critères ESG.

L’indice composite est devenu l’indice de référence du fonds le 7 septembre 2018. Les performances indiquées antérieures au 7 septembre 2018 sont celles de l’OEIC équivalent de droit britannique qui a été absorbé par ce fonds le 8 mars 2019. Les taux d’imposition et les frais peuvent différer.

Source : Morningstar, Inc., au 30 septembre 2023. Performances des parts A de capitalisation en EUR et en USD, sur une base prix par prix et revenus réinvestis. Les catégories de parts ne sont pas toutes autorisées à la commercialisation dans tous les pays. Veuillez vous référer au prospectus pour de plus amples informations.

  • Les investissements obligataires sont sensibles aux taux d’intérêt, à l’inflation et aux notations de crédit. Il est possible que les émetteurs des obligations ne paient pas les intérêts dus ou ne remboursent pas le capital. Tous ces événements peuvent réduire la valeur des obligations détenues par le fonds. Les obligations à haut rendement comportent généralement un risque plus élevé que les émetteurs des obligations ne soient pas en mesure de payer les intérêts ou de rembourser le capital.
  • Le fonds peut utiliser des instruments dérivés afin d’exploiter la hausse ou baisse attendue de la valeur d’un actif. Si la valeur de l’actif varie de façon inattendue, le fonds subira une perte. L’utilisation d’instruments dérivés par le fonds peut être importante et dépasser la valeur de son actif (effet de levier). Cela a pour effet d’agrandir l’ampleur des pertes et des gains, ce qui entraîne de plus grandes fluctuations dans la valeur du fonds.
  • Le fonds est exposé à différentes devises. Des produits dérivés sont utilisés pour minimiser, mais pas toujours éliminer, l’impact des fluctuations de change.
  • Le processus de couverture vise à minimiser, mais ne peut éliminer, l’effet des fluctuations des taux de change sur la performance de la part couverte. La couverture limite également la possibilité de profiter des fluctuations favorables des taux de change.

Autres informations importantes

  • Le fonds recourt de manière significative aux produits dérivés.
  • Investir dans ce fonds signifie acquérir des parts ou des actions dans un fonds, et non dans un actif sous-jacent donné tel qu’un immeuble ou des actions d’une société, dans la mesure où il s’agit uniquement des actifs sous-jacents détenus par le fonds.
  • Pour plus d’informations sur les termes financiers utilisés, veuillez vous référer au glossaire
Rédigé par Richard Woolnough, Fund Manager

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Nos actualités associées